La grande démarche prospective du Gouvernement – Quelle France en 2025

Par Damien Richard, délégué départemental adjoint des Jeunes Actifs

Quel intérêt de parler de la France dans 10 ans: une première démarche prospective de 2007 à 2009

A tous ceux qui trouvent l’exercice inutile voire ridicule, je leur réponds qu’il est toujours nécessaire, voire essentiel de se projeter dans l’avenir : un projet important ne peut être réalisé et pris au sérieux sans perspectives crédibles à long terme.

Je rappelle enfin à certains détracteurs que de nombreux gouvernements, y compris lorsque Nicolas Sarkozy était président, se sont prêtés à l’exercice.

Eric Besson, alors secrétaire d’Etat à la Prospective du gouvernement de François Fillon, avait conduit cette démarche. Un premier document « Diagnostic stratégique France 2025 » présenté en avril 2008 et réalisé par le Centre d’analyse stratégique, contenait plus de 250 pages sur l’état de la France.

Cet état des lieux servi de base de travail à plusieurs commissions indépendantes, composées de parlementaires, partenaires sociaux, hauts fonctionnaires, experts et représentants de la société civile. Chaque groupe avait ainsi rédigé différents rapports thématiques contenant des scénarios objectifs, réalistes et adaptés à la situation de notre pays.

2013 : autre gouvernement, autre méthode

Le 14 juillet 2013, François Hollande décide subitement de « préparer la France à relever les défis qui seront les siens dans 10 ans ». Les ministres sont priés de livrer leur vision de la France en 2025.

J’ai été surpris de voir le gouvernement contribuer au projet: on ne peut pas demander à des ministres d’alimenter un projet objectif alors qu’ils seront encore 4 ans au pouvoir.

Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP), qui remplace le Centre d’analyse stratégique, est également mis rapidement à contribution pour rédiger une note d’une trentaine de pages.

Sur un sujet aussi important, pourquoi programmer un tel séminaire en moins d’un mois ? Est-il sérieux de ne laisser que quelques semaines, en période estivale, à des ministres pour s’atteler à un tel exercice ?  Evidemment non !

L’opération réalisée par le gouvernement Ayrault n’est pas une démarche prospective

Une démarche prospective, ce n’est pas prévoir l’avenir mais élaborer des scénarios possibles en tenant compte des données actuelles. Vu la pauvreté des contributions, on se demande de quoi ils ont pu parler ce lundi 19 août.

J’ai été surpris de l’amateurisme qui s’en dégage ! C’est à se demander s’ils ont bien compris l’exercice… ou s’ils ne l’ont pas bâclé au bord de la plage. 4 pages en moyenne par ministre, j’ai connu plus inspiré ! Quand au contenu, on pourrait croire que le gouvernement a lui mêmes testé les premières salles de shoot tant les écrits sont déconnectés des réalités.

A défaut d’avoir été un véritable séminaire, cette demi-journée de travail a surtout été une belle opération de communication.

Autre point important, on apprend que le CGSP sera chargé de rédiger d’ici fin 2013 le projet pour la France. Comment peut-on dès lors imaginer que cette institution, qui dépend du Premier Ministre, puisse contredire les écrits du gouvernement ? Va-t-il oser contredire Pierre Moscovici qui affirme que « le plein emploi est possible » ou Cécile Duflot qui prétend que « la recherche d’un logement sera une étape plaisante de la vie ».

Le chef du gouvernement a également précisé que les diagnostics du CGSP « devront être partagés avec les forces vives du pays ». Or, « partager » ne veut pas dire « réaliser ». Les acteurs du pays seront-ils associés à l’élaboration du projet, ou seront-ils de simples spectateurs ?

En 4 mois, il sera très difficile de réaliser les diagnostics, consulter les protagonistes et élaborer différents scénarios. Le travail s’annonce déjà bâclé d’avance.

Cerise sur le gâteau, Jean-Marc Ayrault affirme en clôture du séminaire que « En 2007, cet exercice (de prospective) a été commencé puis abandonné ». Il suffit de cliquer sur les liens précédents pour se rendre compte que le travail a bien été mené à terme, qu’il a été réalisé en totale transparence et sans conflits d’intérêts : les ministres n’étaient pas à la fois contributeurs et destinataires du rapport.

A l’heure où on parle de « bilan et droit d’inventaire », n’oublions pas de mettre au crédit de Nicolas Sarkozy et François Fillon ce qui a été une véritable démarche de prospective stratégique pour la France.

Taggé , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Une réponse à La grande démarche prospective du Gouvernement – Quelle France en 2025

  1. sarkogirl dit :

    bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *